Skip navigation

Tag Archives: Vie

Où es tu ?Emmanuelle Arsan

 

Où es tu mon Emmanuelle ? Qu’est devenu ton rêve. Comment vivre cette vision de volupté répandue sur le monde ? Où est ce monde dans lequel les gens jouissent des plaisirs charnels sans arrière pensées. Où, chaque attirance mutuelle donne lieu à une bulle de plaisir. Ce monde qui a fait de certains mots son vocabulaire courant : s’offrir, donner, douceur, partage, phantasmes, affection, spontanéité, beauté du corps, sensualité, caresse… Les sens y seraient rois. Le toucher et le goût seraient des pouvoirs magiques permettant de s’exalter, de percevoir l’autre et l’assimiler dans son propre accomplissement. Les parties les plus douces et érogènes de nos corps ne seraient plus viles et sales mais acceptées et choyées entre nous.

Érotisme ! Divinité perdue… Détruit par l’Homme civilisé trop enfermé dans sa dignité et son goût pour la politique et les rapports de force. Le masculin écrasant la femme dont il dispose ainsi à sa guise lui inculquant la soumission depuis toujours. Le féminin devient rebelle et vengeresse en s’émancipant dans ce monde où la force ne fait plus forcément la loi. Le rapprochement des sexes est un combat, une lutte insensée ! Le monde un théâtre de guerre où chacun se débat pour prendre le pouvoir sur l’autre… Misère. Éros est devenu un parasite, un exclus.

Comment accepter l’érotisme comme mode de vie lorsque notre monde se cherche encore, secoué par les luttes de pouvoir culturel, religieux ou financier ?  L’être humain joui de la domination émotionnelle autant que physique que ce soit de lui même ou de ses partenaires. Moi je rêve de rapports décomplexés. Je veux jouir du corps de mon prochain et le faire jouir par son corps sans sous-entendu ou arrière-pensée. Que les gens se touchent et s’aiment dans l’instant présent sans s’effacer du monde pour autant. Enivrez-vous du corps désiré sans le soustraire de son environnement social. Donnez le plaisir comme de l’affection. Faire l’amour n’enlève rien à personne ! L’érotisme enrichi l’être. Embrassez, caressez, goutez, léchez la personne qui vous attire et qui vous veux… Quel mal cela peut-il faire ?

L’amitié est là pour vous soutenir dans la vie. Trouvez votre âme sœur intellectuelle et fondez votre foyer, faites y grandir vos enfants. Mais le plaisir ne peut être cantonné à l’habitude. L’érotisme est un mode de vie. Le corps à besoin de plaisir ! Bannissez la jalousie ! Les gens n’appartiennent à personne. Mais attention le consentement est le point de départ de tout ça ! Sans ce point de départ une personne est lésée, agressée. Accepté plutôt le cadeau, c’est bien plus plaisant que de prendre…

Emmanuelle, pourquoi le monde n’a t il pas fait de toi son prophète ? Le sexe est- il condamné à tous les trafiques ? A tous les drames ? A toutes les comédies ?

Jouissons de nos chairs, érotisons nos relations sociales, aimons et explorons ! Mais soyez fidèles à vous comme à votre parole, à vos amis comme à vos amants, à votre compagne comme à vos enfants.

 

Calivhere

phantom_omni1HAPTIQUE

désigne la science du toucher, par analogie avec acoustique ou optique (provient du grec « haptomai » qui signifie « je touche »). Au sens strict, l’haptique englobe le toucher et les phénomènes kinesthésiques, i.e. la perception du corps dans l’environnement.

Il est classique de différencier deux types de perception tactile manuelle (Hatwell, Streri, & Gentaz, 2000) : la perception cutanée et la perception haptique. La perception cutanée ou passive résulte de la stimulation d’une partie de la peau alors que le segment corporel qui la porte est totalement immobile. Tel est le cas lorsque le dos de la main repose sur une table et qu’un objet pointu est déplacé sur sa paume. Dans ce cas, comme seule la couche superficielle de la peau est soumise à des déformations mécaniques, le traitement perceptif ne concerne que les informations cutanées liées au stimulus appliqué sur la main. Ce type de perception n’impliquant pas de mouvements d’exploration ne sera pas abordé ici. La perception tactilo-kinesthésique ou haptique (terme introduit en psychologie par Revesz, 1934, 1950) ou active résulte de la stimulation de la peau résultant des mouvements actifs d’exploration de la main entrant en contact avec des objets. C’est ce qui se produit quand, par exemple, la main et les doigts suivent le contour d’un objet pour en apprécier la forme. Dans ce cas, il s’ajoute nécessairement à la déformation mécanique de la peau celle des muscles, des articulations et des tendons qui résultent des mouvements d’exploration. De plus, sur Terre, la main ou le bras va être soumis à la gravité et les forces déployées par le système proprioceptif vont non seulement être intégrées par le système nerveux central dans un but purement « moteur » mais vont être perçues par le système en termes de « sens de l’effort ». Par exemple, la longueur, voire la forme d’un objet non vu mais activement déplacé dans ce champ gravitaire peuvent être perçues grâce au tenseur d’inertie (voir Turvey, 1994) sur le « dynamic touch ». Des processus très complexes sont impliqués ici car ils doivent intégrer simultanément les informations cutanées et les informations proprioceptives et motrices liées aux mouvements d’exploration cutanées pour former un ensemble indissociable appelé perceptions haptiques.

Interfaces haptiques

  • Certaines interfaces haptiques à retour de force sont utilisées pour reconstituer, à l’aide de moteurs qui impriment des mouvements en sens contraires, certaines sensations physiques liées à l’action se déroulant sur un écran.
  • Un volant ou un joystick à retour de force sert à recréer voire amplifier les effets de résistance liés à la conduite d’une voiture de course ou d’un avion ou d’une opération chirurgicale.
  • Le « bras haptique » permet d’aller plus loin en offrant la possibilité de s’immerger dans la manipulation d’objets virtuels dans les trois dimensions de l’espace.
  • Bien qu’en plein développement, ces dispositifs s’approchent avec difficulté d’une restitution fidèle des sensations tactiles directes.

source : Wikipédia

pour explorer –>

http://www.haptique.com/fr/haptique/

http://lsc.univ-evry.fr/~ashaptics/




Le sexe est le stimulus du monde. Ceux qui vous dirons que l’argent fait marcher le monde n’ont pas complètement tord mais manquent de recul… Si les gens recherchent sans cesse plus d’argent ou un statut social plus élevé c’est dans le but inconscient, ou non, de séduire, de conquérir, d’être regardé par l’entité désirée. Etre aimé ou détesté est ce qui oriente, la plupart du temps, les gens dans leur vie. Le désir sexuel est le sentiment le plus primitif et en même temps à l’origine de tous les autres ! Vecteur de l’instinct de reproduction il est depuis la nuit des temps le moteur de l’Homme qui se bat pour se nourrir et protéger le foyer afin de créer le contexte favorable à la reproduction.  Le temps passant et notre civilisation évoluant, nos relations se sont sophistiquées ou tout au moins complexifiées. Mais plus ou moins en filigrane le désir est toujours bien présent. L’évolution ayant fait reculer les soucis de subsistance dans beaucoup de nos sociétés, nous avons sophistiqué nos relations sexuelles qui se sont éloignées du simple souci de reproduction.

Ainsi le sexe doit être un art. L’érotisme est une expression artistique. C’est un moment d’intimité partagé, un instant de libre création où l’on laisse courir son imagination ! Le consentement est essentiel. Même dans ses formes les plus extrêmes le sexe est fait de gestes d’amour, chacun s’abandonnant, s’offrant à l’autre ou aux autres.