Skip navigation

Category Archives: Livres

Extrait d’une interview de Jean-Louis Costes dans la Spirale reprise dans l’anthologie Mutations pop et crash culture de Laurent Courau.
Une vision des communautés culturelles très personnelle de cet artiste mais néanmoins très intéressante.

La Spirale :
Je suis ravi que tu apprécies ces aspects de la scène rap mais tu l’as cependant violemment critiquée à travers les NTM. Outre l’aspect comique et vaudevillesque de tes démêlées avec eux (tes histoires de copines avec Kool Shen), tes critiques les plus intéressantes me semblaient concerner l’aspect totalitaire du mouvement rap (régionalisme, uniforme, etc…). Ne penses-tu pas que ces critiques peuvent s’appliquer à l’ensemble des pseudos contre-cultures actuelles ? Qu’il s’agisse du rock alternatif, du rap, de la techno ou bien évidemment de l’absurde cyberculture…

Jean-Louis Costes :
C’est évident pour moi, toutes ces micros cultures « tribales » qui paraissent si « cooool branchées » sont fondamentalement basées sur l’exclusion des autres : on forme un pseudo groupe pseudo élitiste avec sa pseudo culture, ses pseudos signes de reconnaissance pour se constituer une identité a peu de frais : au lieu de bosser dur pour faire son truc, on se fout un anneau dans la bite (ou une casquette Nike, ca fait moins mal à la bite !) et ca y est, on est un héros faisant partie du bon gang face aux autres minables qu’on méprise. C’est comme si la culture « ado » de mimétisme se généralisait à toutes les populations. Le besoin d’intégration des adolescents est nécessaire même s’il parait ridicule avec le recul (mes jeans pattes d’eph en velours lisse Newman !). Mais que ce type de culture « tribale » soit considéré comme la norme pour des adultes, c’est effarant !… Mais (diviser pour régner) ca doit bien arranger les vrais maîtres réels qui détiennent les vrais pouvoirs bien matériels…

www.la spirale.org

Publicités

Voilà un livre à lire absolument !

Edité en 2005, il est écrit par Rémi Sussan, journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies. Si vous vous intéressez aux contre-cultures, au cyberpunk, à l’évolution des sociétés humaines et de leurs philosophies face au développement de la technologie, à l’avènement de la culture du chaos… ce livre sera sans aucun doute à sa place dans votre bibliothèque.

Avec une plume souvent caustique, mais toujours juste et parfaitement documentée, Rémi Sussan propose un voyage initiatique à travers nombre d’idées, d’expériences et d’anecdotes, des plus sérieuses aux plus loufoques, qui ont préparé le XXIe siècle.

Le sous titre contre-culture – cyberculture – culture du chaos est un bon avant goût…

Le livre est découpé en 4 parties correspondantes chacune à une période découpant les années 1960 à 2000. La première partie, de 1930 à 1960, présente 5 grandes figures de la contre-culture de l’époque qui a vu naître les hippies et l’invention des drogues psychédéliques modernes. J’ai nommé Alfred Korzybski, Buckminster Fuller, Marshall McLuhan et Gregory Bateson. La deuxième partie, de 1960 à 1975, évoque le mouvement hippie et la prolifération des drogues. Elle montre comment, influencée par les idées de ces 5 personnages et sous la houlette d’autres comme John Lilly (cybernéticien psychédélique) et Timothy Leary, la contre-culture à évolué vers la cyberculture. Celle-ci est décrite dans la troisième partie, de 1980 à 2000, avec les thèmes du cyberpunk, de la réalité virtuelle, du cyberchamanisme et du New Edge et les concepts développés par les transhumanistes et les extropiens. Tout ceci nous amène à l’avènement de la culture du chaos dans la quatrième partie.

Ainsi, Rémi Sussan nous fait voyager de la contre-culture des années 60 à celle du XXIe siècle avec de nombreuses anecdotes et nous éclaire ainsi sur les courants de pensé qui sont à l’origine de la cyberculture et de la contre-culture contemporaine. Ou encore comment les mouvements utopiques hippies ont rencontré « l’accélération accélérente » des nouvelles technologies, le soudain rapprochement de l’horizon de la science-fiction et comment la littérature cyberpunk est passé de l’anticipation au « journalisme ».

pour explorer :

www.utopies-posthumaines.com

Les utopies posthumaines par Le Cafard Cosmique

Les utopies posthumaines sur Amazon.fr

Les utopies posthumaines chez Omniscience ; la maison d’édition

Rémi Sussan sur La Spirale.org

Sexactu ou comment parler de sexe sans parler de cul !  

Maïa Mazaurette est une écrivain, journaliste et blogueuse, née à Paris le 22 juillet 1978. La majeure partie de son travail tant éditorial que fictionnel se porte sur les questions de sexualité, de la répartition des rôles hommes-femmes, la place des minorités sociales ainsi que celle du corps dans les sociétés. Maïa Mazaurette revendique la qualification de féministe.

Voilà une femme qui n’a pas sa langue dans sa poche, en plus d’être l’auteur de romans et de livres sur la sexualité entre autre, elle est l’auteur du blog Sexactu. Un blog super sympa qui parle de sexe sérieusement avec beaucoup d’humour. C’est un régale de spontanéité et de franc parlé ! Il fait d’ors et déjà parti de mes flux RSS…

D’autres activités de Maïa :

Un autre blog Non Wii, un évènement dont elle est à l’origine DS in Paris

Scénariste BD avec Arthur de Pins Péchés Mignons, Tome 3, auteur de plusieurs livres aux éditions de La Musardine

Sinon passez faire un tour sur son site c’est plus simple Mazaurette.net

Ou encore, une interview assez complète chez ContreActuel

Et en cadeau (merci Pingoo.com) quelques photos plus intimes parce que non contente d’être intéressante, la demoiselle a aussi une personnalité physique très agréable…

Pingoo et les blogueuses