Skip navigation

Category Archives: Citations

Extrait d’une interview de Jean-Louis Costes dans la Spirale reprise dans l’anthologie Mutations pop et crash culture de Laurent Courau.
Une vision des communautés culturelles très personnelle de cet artiste mais néanmoins très intéressante.

La Spirale :
Je suis ravi que tu apprécies ces aspects de la scène rap mais tu l’as cependant violemment critiquée à travers les NTM. Outre l’aspect comique et vaudevillesque de tes démêlées avec eux (tes histoires de copines avec Kool Shen), tes critiques les plus intéressantes me semblaient concerner l’aspect totalitaire du mouvement rap (régionalisme, uniforme, etc…). Ne penses-tu pas que ces critiques peuvent s’appliquer à l’ensemble des pseudos contre-cultures actuelles ? Qu’il s’agisse du rock alternatif, du rap, de la techno ou bien évidemment de l’absurde cyberculture…

Jean-Louis Costes :
C’est évident pour moi, toutes ces micros cultures « tribales » qui paraissent si « cooool branchées » sont fondamentalement basées sur l’exclusion des autres : on forme un pseudo groupe pseudo élitiste avec sa pseudo culture, ses pseudos signes de reconnaissance pour se constituer une identité a peu de frais : au lieu de bosser dur pour faire son truc, on se fout un anneau dans la bite (ou une casquette Nike, ca fait moins mal à la bite !) et ca y est, on est un héros faisant partie du bon gang face aux autres minables qu’on méprise. C’est comme si la culture « ado » de mimétisme se généralisait à toutes les populations. Le besoin d’intégration des adolescents est nécessaire même s’il parait ridicule avec le recul (mes jeans pattes d’eph en velours lisse Newman !). Mais que ce type de culture « tribale » soit considéré comme la norme pour des adultes, c’est effarant !… Mais (diviser pour régner) ca doit bien arranger les vrais maîtres réels qui détiennent les vrais pouvoirs bien matériels…

www.la spirale.org

J’ai suivi des cours de lecture rapide. A la fin, je pouvais lire Guerre et paix en vingt minutes. Ca parle de la Russie.

Woody Allen

La vie devrait être vécue à l’envers.

On devrait commencer par mourir et ainsi, en deux temps trois mouvements, le trauma est passé.

Ensuite tu te réveilles dans un lit d’hôpital et te réjouis du fait de te sentir mieux jour après jour.

Ensuite on te laisse partir parce que tu vas mieux et la première chose que tu fais, c’est aller à la poste retirer ta pension dont tu jouis au mieux.

Avec le temps qui passe tes forces augmentent, ton physique s’améliore, les rides disparaissent.

Puis tu commences à travailler et le premier jour on t’offre une montre en or !

Tu travailles 40 ans jusqu’à ce que tu sois assez jeune pour profiter adéquatement de ton retrait de la vie professionnelle.

Ensuite tu passes de sorties en beuveries, tu bois, tu joues, tu baises et tu te prépares à commencer tes études.

Puis tu vas à l’école, tu joues avec tes amis, sans aucune espèce d’obligation ou de responsabilité, jusqu’à ce que tu sois un bébé.

Quand tu es suffisamment petit, tu t’enfiles dans un endroit que tu devrais connaître parfaitement entre-temps.

Les neufs derniers mois de ton existence, tu les passes à flotter tranquillement et sereinement dans un endroit chaud avec room service et plein d’affection, sans personne pour te casser les bonbons.

A la fin, tu quittes ce monde dans un orgasme.

 

Woody Allen