Skip navigation

Nanotechnologies, vie quotidienne II


nanotextile

Nanocosmétiques

On trouve depuis peu sur le marché, des crèmes solaires aux nanoparticules de dioxyde de titane ou d’oxyde de zinc. Ces composés sont des filtres UV classiques qui, à l’état de nanoparticules, confèrent aux crèmes l’intérêt esthétique de ne plus laisser de traces blanches après application sur la peau. Utilisé à l’état de simple poudre constituée de particules d’environ 300 nm, les particules de dioxyde de titane ou d’oxyde de zinc qui réfléchissent la lumière visible, laissent sur la peau des traces blanches. En réduisant leur taille entre 30 et 50 nm, on supprime ce phénomène, tout en conservant la réflexion des UV car les propriétés optiques des particules sont alors modifiées. Certains fabricants parviennent même à générer des crèmes résistantes à l’eau, en utilisant des nanoparticules qui, en séchant, s’agglomèrent en un réseau de nano-plots, semblable à une feuille de lotus, laissant glisser l’eau en surface.
Les produits de maquillage aux effets « nacrés » ou « lumière » reposent tout autant sur les propriétés optiques des nanoparticules. Des crèmes antirides vantent les mérites des fullerènes qui agiraient comme des éponges à radicaux libres. Des fonds de teint « spécial lissant » contiennent des combinaisons de nanoparticules de dioxyde de silicium et de dioxyde de zinc, qui retiennent les enzymes à l’origine de la sécheresse et de la rugosité de la peau. Même les pâtes dentifrices contiennent des nanoparticules de fluorure de calcium!

Nanotextiles

Les vêtements, chaussures ou accessoires intègrent aussi des nanotechnologies leur conférant diverses caractéristiques fonctionnelles comme l’imperméabilité, l’étanchéité ou des propriétés antitaches. Les fibres des nanotextiles peuvent également diffuser des substances aromatiques. Ainsi, des nanocontainers encapsulés dans les fibres absorbent les odeurs ou diffusent des produits antimicrobiens qui réduisent la prolifération des bactéries. Des nanopoudres céramiques ou des nanocomposites fibres-polymères entrent dans la composition des apprêts, rendant les textiles ignifuges, hydrofuges ou autonettoyants. Il est aussi possible de créer des tissus décoratifs utilisant, comme pour les cosmétiques, les propriétés optiques spécifiques des nanoparticules qui sont capables de changer de couleurs. Il est également possible d’intégrer des fibres optiques dont la lumière émise va fluctuer en fonction des variations physiologiques du corps humain (mouvements, battements cardiaques, variations de température), leur conférant les propriétés d’un dispositif médical de surveillance. Des vêtements ou accessoires équipés de micro-capteurs à infrarouges ou de technologie à base de puces RFID (Radio Frequence IDentification) sont par ailleurs déjà disponibles pour de telles applications médicales : un bracelet intégrant la technologie RFID a été commercialisé début 2006 à destination des personnes âgées atteintes de la maladie d’Alzheimer.

pour explorer –> http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/dosnano/decouv/03/03_0/00_1.htm

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :