Skip navigation

Le CYBORG est la fusion de l’être organique et de la machine. Tout d’abord créature de science-fiction, le cyborg serait, selon certains, d’ores et déjà une réalité. Une personne ayant un stimulateur cardiaque ou une hanche artificielle, par exemple, peut déjà correspondre à cette définition.

Voilà un implant qui s’est popularisé :

Implants de l’oreille moyenne

Un implant de l ‘oreille moyenne est un petit dispositif inséré dans l’oreille moyenne, connecté aux osselets ou à la fenêtre ovale. Ces dernières années, ce type d’implant s’est généralisé et différents types d’implants de l’oreille moyenne sont aujourd’hui disponibles sur le marché.

Contrairement aux autres aides auditives, ces implants ne nécessitent pas d’amplificateur. L’implant transmet les sons à l’oreille interne via un micro placé derrière l’oreille. Celui-ci envoie des vibrations à un dispositif implanté dans l’oreille moyenne. Le microphone peut être visible et placé sur la peau ou caché, fixé sous la peau du crâne.

Implant du tronc cérébral

L’implant auditif du tronc cérébral est un petit dispositif implanté, lors d’une intervention chirurgicale, dans le cerveau d’une personne atteinte de surdité dont les nerfs auditifs chargés de transmettre les signaux sonores au cerveau sont endommagés. Grâce à cet implant, une personne atteinte de surdité totale aura l’impression d’entendre.

Il s’agit davantage d’une sensation d’audition qu’un réel sens de l’audition mais cela permet au patient de sortir de son isolement sonore et de lire plus facilement sur les lèvres.

L’implant du tronc cérébral se compose d’une petite électrode en contact avec le tronc cérébral dont elle stimule les nerfs acoustiques essentiels à l’aide de signaux électriques. En plus de cette électrode, le dispositif comprend également un minuscule microphone placé sur l’oreille externe. Le microphone transmet numériquement les signaux sonores à une puce insérée sous la peau, qui va décoder ces signaux. Un petit fil électrique relie la puce à l’électrode implantée dans le tronc cérébral. L’électrode délivre au tronc cérébral des stimuli – qui varient en fonction des sons – et permet ainsi au patient d’entendre une grande variété de sons.

Implants cochléaires

Un implant cochléaire est un dispositif électronique implanté chirurgicalement dans l’oreille d’une personne souffrant de surdité profonde ou totale.

Contrairement aux aides auditives, l’implant cochléaire n’amplifie pas les sons ou ne les rend pas plus clairs. Il stimule directement le nerf auditif. Un implant cochléaire donnera à la personne souffrant de surdité la sensation d’entendre. Il faut cependant savoir que l’implant ne donne qu’un sens limité de l’audition et ne restitue aucunement l’acuité auditive.

L’implant cochléaire joue le rôle de la cochlée lorsque celle-ci ne joue plus son rôle à cause de la destruction des cellules ciliées qui la tapissent. L’implant convertit la parole et les sons ambiants en signaux électriques et les transmet au nerf auditif. Sur leur trajectoire, les signaux passent par la partie endommagée du système auditif. Ces signaux sont reconnus par le cerveau comme des sons.

Quatre à cinq semaines environ après l’implantation, le dispositif est réglé et ajusté afin que le patient puisse percevoir les sons. La dernière partie du processus est la phase de réadaptation au cours de laquelle le patient apprend différentes techniques de communication. Apprendre à utiliser un implant cochléaire demande du temps, de la pratique et de la patience.

Même s’il ne guérit pas la surdité, un implant peut être très utile. Le degré de satisfaction varie d’une personne à l’autre mais, en général, au bout de quelque temps, 50 pour cent environ des patients peuvent à nouveau mener une vie professionnelle normale et n’éprouvent que de rares problèmes – par exemple dans des endroits bruyants. 80 pour cent peuvent de nouveau suivre les conversations téléphoniques et beaucoup constatent une amélioration de la qualité de vie après l’implantation.

L’implant cochléaire chez l’enfant
Pour beaucoup d’enfants, l’implant cochléaire s’avère très utile. L’âge de l’enfant et son degré de langage avant l’implantation influencent sensiblement les résultats.

source : www.french.youth.hear-it.org

quelques liens pour explorer :

Cyberkinetics

Biomécatronique

Norbert Wiener

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :